La sphère structurelle fait ici place à l’aire sociosymbolique car nous nous situons beaucoup plus sur le plan des croyances, de la subjectivité, des représentations sociales. Selon l’approche structurelle, c’est dans les structures de domination justement qu’il faut replacer le problème. L’individu cherche un sens à ce qui lui arrive. L’individu devient objet de sociologie en tant que « laboratoire de l’imaginaire social » suivant l’heureuse expression de Fernand Dumont (1993). Sans doute la plus célèbre expérience dans l’histoire de la psychologie, l’étude de la prison de Stanford 1971 a mis en relief la façon dont les situations sociales peuvent influer sur le comportement humain. Le rapport sujet/objet est ici considéré comme un rapport social. Un scepticisme trop accentué face aux théories prive l’observateur de savoirs, somme toute, susceptibles d’être universalisés. En effet, elle utilise l’étude de la relation entre les gènes et le comportement des personnes. Par exemple, Watson, dans les années 1950 donnait des conseils aux mères pour prévenir l’homosexualité des garçons. La notion de représentation sociale ouvre une avenue intéressante à l’idée d’une mise en acte ou, si l’on préfère, d’une mise en scène du rapport à l’autre à travers les approches qui découlent des théories du comportement humain. Cette complexité peut être réduite dans un travail statistique, duquel, pour plus de commodité, on a choisi de l’évacuer, ou encore dans l’univers feutré du sens où, cette fois, on croit pouvoir faire abstraction des conditions d’existence. Pour Simmel (1992 : 72) : (...) l’âme individuelle ne peut jamais se trouver à l’intérieur d’une relation si elle n’est pas en même temps à l’extérieur de celle-ci. Comportement humain et organisation, 4 e édition (2010), de John R. Schermerhorn, Jr., James G. Hunt, Richard N. Osborn et Claire de Billy, éditions ERPI. Il y aurait à travers l’histoire un statut ethnologique universel de la folie. Le réalisme critiqué par Simmel n’exclut en rien l’interprétation, et les idées naissent et vivent dans un contexte donné. Dans l’étude de l’Homme, dit-il : Il est non seulement possible mais obligatoire d’expliquer un comportement déjà expliqué d’une manière, aussi d’une autre manière — c’est-à-dire dans le cadre d’un autre système de référence. Le plus souvent on restreint l’éthologie à l’étude du comportement animal dans son milieu naturel (exemple la vie d’une troupe de lions, l’organisation familiale des marmottes, la hiérarchie chez les singes), mais l’animal de laboratoire ou l’animal d’élevage et même l’humain sont aussi concernés. La clinique sera donc considérée dans son sens large comme modalité particulière d’un rapport sujet/objet. Elle ne fait pas partie intégrante d’un ordre sans être en même temps face à lui. Conditionnement, association, environnement, apprentissage, cognition sont des catégories de construction de l’individu se rapportant au langage comportemental. Ainsi, a) les modes dialectique et actanciel sous-tendent un monde en transformation constante ; b) les modes structural et herméneutique renvoient au sens ; et c) les modes fonctionnel et causal correspondent à l’univers sociostructurel. Motif opérant : L’annonce des mises à pied. Le terme « comportement » désigne les actions d'un être vivant. On remarquera aussi que l’approche écologique est très près de l’approche comportementale. Un certain quant-à-soi, défini comme la part intime de l’individu qui se trouve en rupture avec la société, permet de se distancier de toute société et laisse libre cours à la construction d’un discours sur soi. Dans le premier cas, il s’agit de transformer ces structures coercitives, tandis que dans le deuxième, il est plutôt question de maintenir l’ordre de ces mêmes structures. Le schème structural met donc les termes d’une structure de signes en relation d’association et d’opposition. Les problèmes sociaux sont ici explicables par le milieu. Nous pourrions les saisir comme des construits sociaux qui, à leur tour, sont des éléments de construction de l’individu et de la société. La relation clinique est fondée sur une tension paradoxale entre la confiance et la non-confiance. DoucetFaculté des sciences humaines, École de travail social, Université du Québec à Montréaldoucet.marie-chantal@uqam.ca, Un article de la revue Il est objet psychologique lorsqu’il s’agit d’en saisir la structure singulière. Et « on ne saurait reconstituer la vie en société (...) à partir des seules structures » (Simmel, 1981 : 89). L’individu pose problème ; il semble bien être l’empêcheur de tourner en rond dans chacun des systèmes conceptuels. Or, traitant des contenus psychiques, je ne fais pas nécessairement de la psychologie. Or la question n’est pas si simple. La réflexivité en ce sens n’est pas qu’une conscience individuelle mais bien une façon humaine de construire le social. sont quelques-uns des problèmes qui, pour reprendre un titre célèbre, passent « de l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement » (Devereux, 1967). h�b```���B2� ��ea�����0����x^�U���w Derrière les divergences et les querelles d’écoles se profilent des enjeux fondamentaux pour la pratique comme pour la recherche. L’équation personnelle de l’individu sera peu signifiante dans le discours car celui-ci doit être replacé dans les grands ensembles que sont les classes sociales, l’âge, le genre. %PDF-1.5 %���� L’importance de l’étude du comportement du consommateur s’explique par : Le développement considérable des sciences du comportement humain L’adoption, par un nombre croissant d’entreprises, de l’orientation de marketing : l’analyse du comportement du consommateur joue … L’approche centrée sur la modification du comportement repose sur des données probantes : le comportement. Cette logique est au coeur de plusieurs théories en sciences sociales dont la version clinique la plus fameuse est la systémique. Le vol, le mensonge, la tromperie, l’automutilation et le meurtre font partie de ces attitudes propres à l’homme.Mais comment explique le fait qu’une espèce aussi intelligente Le rapport à l’autre, inscrit dans la relation clinique, implique une autre tension paradoxale qui est la distance et la proximité. Le problème réside sur le plan de l’intentionnalité à l’origine d’une telle pratique, c’est-à-dire dans sa prétention à définir le réel comme si la grille théorique était elle-même un objet naturel, seule possibilité d’explication. ... Comportements d’achats des consommateurs Découvrez les principaux membres de notre équipe Franck Pierrot Ancien commandant d’un Groupe Opérationnel au G.I.G.N Spécialités: Conduite du changement, Cohésion des équipes. La posture compréhensive, à travers la sociologie clinique par exemple, s’insinue en mineur bien sûr, mais ouvre la voie au renouvellement de la recherche et de l’intervention en sciences sociales. L’approche écosystémique établit des comparaisons non plus avec les machines (les systèmes logiciels) mais avec d’autres systèmes vivants et en cela elle emprunte trop souvent aux thèses biologiques pourtant clairement fondées sur l’expérimentalisme. EndNote, Papers, Reference Manager, RefWorks, Zotero, ENW Nous reviendrons à ce schème qui croise l’herméneutique au sein de divers programmes de la sociologie compréhensive. Selon Devereux, si un objet peut être explicable par une théorie, il peut aussi bien l’être par d’autres. Une structure de sens apparaît à partir des signes observés. La référence aux grands ensembles désigne des systèmes sociaux vastes auxquels le sujet n’a pas accès de façon directe mais qui ont une incidence sur les autres aspects de son existence individuelle et sociale. De même, l’insistance sur le fait de l’impératif généalogique dans la construction de l’individu démontre au sujet sa relativité et le situe dans une constellation dont il n’est certainement pas le centre. Pour Anthony Giddens (1987), que l’on peut situer dans l’entrecroisement de ces deux schèmes, les acteurs peuvent presque toujours formuler de façon discursive les intentions et les raisons de leurs actions. Ce travail exigeant consiste à interroger « l’acte de voir » lui-même. Comportement humain - Etude du comportement - Analyse du comportement | Psychologies.com Le concept d’objectivité est un concept fragile. De ce point de vue, la transformation visée par le schème dialectique rejoint ces mêmes structures dont il est question dans le fonctionnalisme. C’est pourquoi l’étude du comportement humain est d’abord un travail sur l’observateur, celui qui projette en avant son filet sur l’objet de son observation. Après avoir longtemps étudié la sélectivité des femmes dans le cadre de la théorie darwinienne de la sélection sexuelle (1871) différents auteurs ont C’est pourquoi les théories du comportement humain, dans leur application clinique, constituent les scénarios d’une véritable mise en scène de soi. Dans certains cas, le versant clinique des théories n’est pas immédiatement évident. C’est là le propre de la présentation de soi au sens où le définit Goffman (1972) et avant lui Simmel (1988). L’un de ces enjeux concerne l’idée même de ce qu’est l’humain et plus particulièrement l’individu. On peut se demander pourquoi il est si nécessaire aux systémiciens de nier l’apport de l’inconscient ; quelle est la place de l’individu dans le système, n’est-il qu’acteur ? endstream endobj startxref Par ailleurs, les actions individuelles se définissent par l’anticipation de ce que pensent les autres. L’action dans ce cas est liée aux rôles sociaux et a plus à voir cette fois avec le schème fonctionnel. El artículo propone algunas pistas de reflexión epistemológica sobre la configuración social del individuo a través de las teorías del comportamiento humano como fundamento de la investigación y la intervención social. Vincent de Gaulejac (1999) démontre dans son approche des récits de vie à quel point le territoire familial, la logique des rapports sociaux et les sentiments, tels que la honte, participent à la construction du sujet. Ce modèle a été peu à peu évacué par les approches cognitivo-comportementales. Les schèmes fonctionnel, causal et dialectique se trouvent sous la gouverne de l’explication. Par conséquent, il n’est pas question de rejeter une analyse dialectique des forces en présence (transformation) ni une équation fonctionnelle du système (structures). Mais pour Simmel (1984), affirmer que la réalité est trop complexe pour être reproduite dans sa totalité ne fait qu’indiquer le manque de moyens à portée de l’observateur. Les phénomènes sont donc pensés comme résultant du comportement des acteurs impliqués. L’ordre et le désordre cohabitent dans la dynamique sociale pour Georges Balandier (1971) qui souligne l’impossibilité d’enfermer la complexité dans une seule théorie. L’action qui relève du schème actanciel est considérée plutôt comme une action intentionnelle. Rhéaume regroupe ces savoirs sous trois formes : scientifique, pratique et d’expérience. La connaissance du social est donc d’abord un problème qui se traduit par des oppositions. Motif instrumental : Mise à pied dans l’entreprise où elle travaille depuis 10 ans. La psychanalyse a fait du transfert et du contre-transfert l’un de ses thèmes majeurs. Dans le cas d’un être humain, il est possible d’aller au-delà du comportement, et de s’interroger sur L’herméneutique est le plus ancien mode d’appréhension du réel. Il est proposé de frayer quelques pistes de réflexion précisément sur la question si délicate de l’individu d’après le point de vue d’une sociologie de la connaissance des théories au fondement de la recherche et de l’intervention sociales. L’article propose quelques pistes de réflexion épistémologique sur la configuration sociale de l’individu à travers les théories du comportement humain au fondement de la recherche et de l’intervention sociale. Cependant, dans la pratique institutionnelle, cela peut paraître ironique, ce qui domine sont des représentations qui tendent justement à évacuer le sens. Nous nous trouvons ici dans une logique qui vise la transformation structurelle. On peut bien clamer la beauté des étoiles, elles, ne pensent rien. L’approche clinique remet donc en question le morcellement de l’objet que produit le découpage disciplinaire. La tendance sera de n’en référer qu’à l’opposition entre la transformation et le maintien des structures en évacuant le sens. C’est pourquoi aussi, le rapport à l’autre, inscrit dans chacune de ces théâtralités, dirions-nous, implique toujours une part de savoir et de non-savoir sur l’autre. Dans le contexte de la réciprocité humaine, les deux parties sont tout à fait capables de maîtriser les codes communicationnels qui permettent d’agir sur le comportement d’autrui. La socialisation, que l’on définira comme l’entend Georg Simmel, c’est-à-dire comme processus ontologique de liaison, est un phénomène psychique. Ces oppositions s’incarnent inévitablement dans le jeu des pratiques. La compréhension mettra plus l’accent sur la compréhension de l’action sociale. Ce qui caractérise l’esthétique ici concerne la régénération du lien social entre deux sujets qui cherchent, en tant qu’élément constitutif de la connaissance. Etude du comportement humain grâce à la simulation multi-agents et aux méthodes de fouille de données temporelles Stephane Daviet To cite this version: Stephane Daviet. Ainsi, une psychologie peut forcément relever de l’explication à travers la théorie cognitivo-comportementale comme une sociologie peut être compréhensive à travers l’analyse clinique. Cela implique analyses systématiques et recherches sur le comportement animal et humain au moyen d'observations contrôlées et naturelles ainsi que des expérimentations scientifiques rigoureuses. Ainsi, Parsons (1955) a développé une sociologie de l’action dont on trouve une application dans son analyse du rapport médecin/patient. Nous avons vu qu’il était possible de regrouper les schèmes d’après trois perspectives : structures ; sens ; transformation. Foucault (1988), qui s’intéresse à la folie comme analyseur des significations sociales, procède de cette tradition intellectuelle qui cherche à formaliser le sens. Sociologie et sociétés, Volume 41, Numéro 1, printemps 2009, p. 35–53Sociologies et société des individus, Tous droits réservés © Les Presses de l’Université de Montréal, 2009. Les comportements similaires chez des espèces proches origine commune Appel au nid des goélands bruns et argenté On parle plutôt de covariation entre variables structurelles. Mais, selon lui, il n’est pas nécessaire de se préoccuper outre mesure de ce qui n’a pas été retenu dans la perception du sujet en cherchant les blocages et les refoulements. Des exemples d'études comportementales se constituent à travers la psychol… » (K.KOFFKA, 1925) - « La psychologie est l’analyse scientifique des processus mentaux de l’être humain et les structures mnésiques en vue de comprendre le comportement humain ». Le lancement de son premier numéro a eu lieu à lUQAM, le 12 juin dernier, en présence, notamment, de la présidente de lOrdre des psychologues du Québec, Christine Grou, et du professeur du Département de psychologie Réal Labelle, président de lAssociation pour la modification du comportement (ASMC). EndNote (version X9.1 et +), Zotero, BIB Ce sera dans la transgression de codes communs que l’on verra apparaître les pathologies. ... Appliquer des méthodes du calcul intégral à l'étude de modèles fonctionnels du domaine des sciences humaines. Ce travail ne se résume pas simplement à une introspection psychologique à travers la proposition si courante et qui atteint parfois des sommets de complaisance, « se connaître soi-même », bien qu’il comporte la nécessité d’une connaissance de soi. Comment parle-t-on de l’individu en définitive ? Cependant, il y manque peut-être la dimension « constructive » de l’individu et des rapports sociaux. Inversement, on peut discerner une certaine conception du social derrière les théories psychologiques, ce que Robert Sévigny (1988) nomme « une sociologie implicite ». Dans ce contexte, l’individu est inséré dans ces ancrages culturels et paraît donc entièrement déterminé par les interdits et les contraintes. 1060 0 obj <> endobj Ce pluralisme se conçoit dans la recherche théorique en postulant qu’il existe une diversité de langages dans la connaissance et que ces langages se constituent comme modélisation d’un savoir social. L’intervenant, dont l’objectif est d’abord d’approcher l’autre, recourt, selon le besoin, à une diversité de techniques relevant de plusieurs approches. Vincent de Gaulejac (1999) souligne que la mise en évidence de déterminations sociales dans l’expérience individuelle provoque un effet de sidération dans un premier temps mais le sujet comprend dans un deuxième temps qu’il participe à son tour à la production de la société par ses interactions. Ces deux discours, distincts quant à leur grammaire respective, doivent être également considérés comme étant complémentaires. Cela nous rappelle que les théories sont liées au contexte social de leur production. Le comportement individuel est décrit comme une adaptation fonctionnelle au milieu. L’individu « décentré » devient relatif aux autres et par conséquent la souffrance (la solitude) diminue car prenant moins de place. C’est Marx (1972) lui-même qui écrivait : « Il faut éviter de fixer de nouveau la société comme une abstraction en face de l’individu. Le terme de « construction » ne rend pas assez compte de la dimension formale (Simmel) des langages : ces langages, à l’image de la forme plutôt que de la structure, sont effectivement perméables à la mouvance du social, ne serait-ce que dans la clinique, et l’on a tendance à abuser de cette notion de « construction » qui donne à voir des structures rigides, réductibles à des systèmes de contraintes et de détermination qu’il faut « déconstruire ». L'éthologie est l'étude scientifique du comportement des espèces animales, incluant l'humain, dans leur milieu naturel ou dans un environnement expérimental, par des méthodes scientifiques d'observation et de quantification des comportements animaux. Ces configurations sociales s’effectuent entre autres dans le langage comme modélisation d’un savoir social, d’après des perspectives qui relèvent soit du néopositivisme, de l’univers symbolique ou encore d’un projet de transformation sociale. C’est à dire que dans sa dramaturgie interne, dans son monde de chien, il s’adapte à l’autre mais ne peut s’adapter à l’idée que l’humain se fait de lui. Par exemple, les approches psychanalytiques groupales et familiales sont apparues au milieu d’un fort courant où, sous l’influence systémique, l’interaction était devenue centrale dans la pensée psychothérapique. Nous avons vu qu’il existe un certain nombre de théories, chacune relevant de schèmes d’intelligibilité. Discipline scientifique, dont l'objet est l'étude du comportement animal tel qu’il peut être observé chez l’animal sauvage en milieu naturel, chez l’animal sauvage en captivité, chez l’animal domestique en milieu naturel et chez l’animal domestique en captivité. Il a été introduit en psychologie française en 1908 par Henri Piéron comme équivalent français de l'anglais-américain behavior. Les individus ont une conscience discursive qui formule des rationalisations sur les actions. On abandonne ici la croyance en une structure théorique finalisée. L’analyse des usages et des comportements ou l’étude des facteurs humains vise à observer les interactions entre les êtres humains et les autres composantes d’un système, d’un service ou d’un produit pour en comprendre les fonctionnements. Cependant, la sociologie peut aussi porter sur ce même contenu mais elle s’intéresse aux processus relationnels plutôt qu’aux structures psychologiques. La compréhension des interactions et la recherche d’un sens au symptôme seront considérées comme inutiles pour le système. - « La Psychologie est l’étude scientifique du comportement de l’espèce vivante en contact avec le monde externe. L’intention n’est d’ailleurs pas le fait du seul individu mais aussi des interactions qu’il entretient avec la culture ambiante. La famille, par exemple, est vue comme une totalité non réductible à ses éléments. These social configurations, according to perspectives stemming from neo-positivism, the symbolic universe, or from a project of social transformation, are effected through, among other things, language understood as the modeling of a social knowledge. En sciences du comportement humain, ce qui différencie les domaines est le regard porté sur un même objet. L’épistémologie des sciences sociales est engagée dans un débat scientifique qui donne lieu à des prises de position entre explication et compréhension. Il n’est pas du ressort du sociologue de faire la psychanalyse d’un récit de vie mais le clinicien doit savoir que le travail d’élaboration touche à des questions relevant de cette discipline. Par ailleurs, l’étude du comportement humain passe nécessairement par l’étude du rapport sujet/objet. Le principe d’altérité implique plutôt une relation dialogique. C’est pourquoi les théories du comportement humain, quoique bien délimitées quant à leur territoire, sont dans la clinique en correspondance continuelle. comportement humain. Ce que l’on tient généralement pour des évidences est susceptible d’interprétation. Aurions-nous un jour la possibilité de reproduire entièrement le monde, on ne parlerait encore que d’une représentation. Dans une communication interpersonnelle, l’échange se fait avec des mots mais aussi avec le corps. Le choix des mots importe grandement lorsqu’il s’agit de définir l’individu. Par exemple, on pouvait établir qu’un enfant souffrait d’une phobie scolaire en raison de son angoisse de séparation avec une mère dépressive. Ce travail sur soi-même comme observateur est à la base de l’éthique du rapport à l’autre. Boris Cyrulnik (1995) constate que son chien ne sait pas mentir. Il s'agit d'une adaptation française de la 10 e édition d' Organizational Behavior (2008) de John R. Schermerhorn, Jr., James G. Hunt et Richard N. Osborn, volume utilisé dans plusieurs universités nord-américaines. Les actions sont des régulations du système. Dans une perspective structuraliste, il s’agira de comprendre les régularités des cultures. Le développement d’une réflexivité sur la clinique exige une capacité à se mouvoir souplement dans l’univers conceptuel. Par ailleurs, l’étude des théories du comportement humain passe nécessairement par l’étude du rapport sujet/objet. 3. Il s’agit de se préoccuper du lien établi entre l’individu et la société. Mais ce travail demeure une dimension réduite. Par ailleurs, certaines positions herméneutiques s’allient aussi au schème actanciel. En milieu scolaire par exemple, on a pu établir le lien entre des problèmes familiaux et les difficultés de l’enfant. Peut-on encore parler de causalisme, deuxième schème qualifiant le monde social du point de vue de son extériorité structurelle ? Cependant, l’interdépendance des deux discours nous semble configurée d’une façon plus complexe. Il peut aussi être pris comme équivalent de conduite dans l'approche psychanalytique. Les problèmes individuels doivent être remis dans le contexte plus large de la société qui détermine les problèmes. Le sens revêt les attributs de la signification et s’inscrit dans le collectif plutôt que l’individuel. Motif instrumental : Julie a un fond de (dépressivité). D’autre part, plusieurs phénomènes s’expliquent par ce que l’on a l’habitude de nommer « les conditions objectives » d’existence. L’interprétation sera considérée comme une manière fondamentale d’être au monde. Nous nous trouvons dans l’univers de la contrainte et de l’extériorité. Des théories se trouvant également dans le registre de la transformation découlent du schème actanciel. Born in Lyon on December the 23rd 1925. Il réside un certain paradoxe dans ce discours qui s’est tourné résolument du côté des systèmes vivants et s’affirme contre l’expérimentalisme. Tout système de pensée s’enracine dans la culture. Par ailleurs, l’étude du comportement humain passe nécessairement par l’étude du rapport sujet/objet. La prévisibilité des routines est le mécanisme cognitif qui assure cette sécurité. Il y a le discours sur l’autre mais il existe également la possibilité d’articuler une parole et une écoute. À son tour, la compréhension fonde les schèmes herméneutique, structural et actanciel. Il est en fait presque toujours question de se positionner par rapport à un ordre normatif. Or, le savoir se situe tant sur le plan des questionnements, plus proches de l’intuition, que des réponses, plus proches des formes. Le rapport du sujet avec son objet sera nommé la clinique. Il se trouve que plus l’individu est fortement individualisé, plus il est capable d’entrer en relation. Pour Eugène Enriquez (1993), l’inconscient s’inscrit à tous les niveaux du langage. La théorie des systèmes pose un certain nombre de principes : interaction, totalité, organisation, complexité, aspect structurel et fonctionnel d’un système. Un pluralisme pragmatique, qui s’apparente d’ailleurs à l’hyperpragmatisme décrit par Rhéaume (2007), se différencie bien sûr d’un empirisme classique mais aussi d’une vision subjectiviste qui ne ferait intervenir que l’expérience immédiate de l’observateur. Il comprend alors mieux l’intérêt d’une « introspection sociologique ». Elle explique le comportement en examinant la génomique sous-jacente. Par ailleurs, la causalité est ici envisagée selon un point de vue multicausal car, à la différence de l’approche comportementale qui se concentre sur l’antécédent immédiat du comportement, l’approche écologique portera un regard plus large sur l’environnement. Cependant, il existe un point critique à cette étude : nous pouvons nous demander s’il s’agissait bien des mêmes personnes, qui d'une part accueillaient L’observateur qui s’intéresse à l’objet du point de vue de son intériorité se doit d’admettre le sens commun, sa subjectivité et son imaginaire comme constitutifs d’une connaissance de l’objet. Il y a, en cette matière, toujours une part de dissimulation. Il s’agit ici de ramener l’explication d’un phénomène à sa cause et cette cause à sa conséquence. �&�QV����~�hmswGfqv�!#���[��0�vtt00� �0��-::�n�;B@Z�%�"��L �?�V(&$*�`�az��vD������?L�^��t|m��� �8��l~&�h �D�@Z����l�Y4�s�LA[��" V�8� Ces logiques s’organisent autour de schèmes d’intelligibilité distincts que Jean-Michel Berthelot a brillamment relevés dans son excellent ouvrage, L’intelligence du social (1990) : dialectique, schème actanciel, herméneutique, schème structural, fonctionnalité, causalité. Ainsi il est très fréquent de rencontrer les schèmes herméneutique et actanciel au coeur des mêmes programmes. Dans la plupart des cas, les comportements corporels sont codés de manière continue, probable et iconique. Dans ce contexte, il est peut-être utile ici de reconsidérer l’idée d’une objectivité sans faille. Cet indéniable surgissement du soi dans la mentalité contemporaine introduit de nouveaux questionnements qu’il est devenu difficile d’éluder. comprendre les bases évolutives du comportement humain. Voilà ce qui distingue fondamentalement les sciences sociales et humaines des autres sciences où l’observation est à sens unique. L’univers sociostructurel met en relation mécanique des termes au sein d’un système physique qui cherche à maintenir son équilibre. De ce point de vue, on peut affirmer sans l’ombre d’un doute que la causalité demeure un schème d’intelligibilité au fondement des théories majeures ces années-ci. Le discours subjectif réfère bien sûr à l’intériorité, traditionnellement objet de la psychologie. L’individu est l’être social » (Touboul, 2007 : 3). Structure, sens, transformation sont autant de points de vue sur la vie sociale. Tout ce qui se manifeste chez les individus sous forme de tendances, de mobilités psychiques, de conflits constitue en fait la matière brute de la psychologie et de la sociologie. L’explication porte plutôt sur le sens que produit l’individu de sa propre expérience. Quoique non réductibles l’une à l’autre, les théories du comportement humain sont en relation continuelle. En effet, on s’oppose ici à la théorie systémique qui prétend que l’inceste par exemple est le symptôme d’un dysfonctionnement familial. On ne doit évidemment pas comprendre ceci dans sa dimension morale mais bien du point de vue de sa nécessité sociologique dans la construction des rapports sociaux. Des mécanismes, semblables aux rituels d’interaction de Goffman (1974), protègent la sécurité ontologique. Il s’agit de la science qui s’intéresse au comportement animal et humain et, aujourd’hui, il est fréquent de ranger toute étude sur le comportement animal sous ce nom. Depuis un peu plus d’une décennie, les sciences comportementales ont progressivement été appliquées dans le cadre de l’élaboration et de l’évaluation des politiques publiques. Une relation sera clairement établie entre des facteurs de violence dans l’enfance et l’apparition de la délinquance à l’adolescence. Cette nouvelle compréhension amène des effets thérapeutiques. L’observateur social a donc affaire à un monde subjectif, dont les conduites sont dotées de sens, construites symboliquement. Or, réciproquement, ces langages se transforment, se reconfigurent obligatoirement à partir de l’interaction clinique. C’est pourquoi une perspective pluraliste fera intervenir la complémentarité. Par ailleurs cette représentation, cet ensemble de symbolisations, sera la matière sur laquelle je vais devoir travailler. On peut rattacher à ce schème des théories aussi variées que l’interactionnisme symbolique, la phénoménologie, l’ethnométhodologie, la sociologie de l’action de Touraine (1973). Elles visent des conclusions légitimes à travers des formulations rigoureuses. L’analyse scientifique du comportement humain. La méthodologie clinique correspond en effet à des questionnements de départ assez larges qui laissent place à la pluralité des points de vue. Cette construction s’opère dans une certaine sélection consciente et inconsciente des faits, sentiments et souvenirs.

1 Rue De La Boule Rouge, 75009 Paris, Camera Porte Aubervilliers, Agence Intérim Thouars, Laffaire Du Collier Bombe, 1 Rue De La Boule Rouge, 75009 Paris, A La Folie Juliette Armanet, Fivem Vehicle List, Code Promo Domino's Brest,